IN MEMORIAM

flamel

Rassurez-vous je n’ai pas l’intention de prononcer un éloge funèbre soporifique. Il n’ y a personne à enterrer mais j’ai l’intention de faire un petit laïus sur la mémoire, notre mémoire. Je parle de celle qui est sensée avoir élue son domicile secret dans nos circonvolutions cérébrales.

A son propos, deux opinions s’affrontent : celle qui considère que le processus de mémorisation réside quelque part dans notre cerveau et le camp opposé qui reste persuadé que son siège n’est pas dans nos neurones cérébraux ou autres.

Depuis que vous lisez mes bavardages papillonnants d’un sujet à l’autre vous avez du remarquer que je ne vous ai jamais abreuvé d’un discours académique sans qu’il débouche sur une remarque qui dépasse le matérialisme pour aboutir sur des données utiles sur le plan « initiatique ». Je ne vais pas déroger à la règle car dans le cas de la mémoire il y a bien confrontation entre les tenant d’une mémoire ayant son substrat dans notre matière cérébrale et ceux qui affirment que le support mémoriel est immatériel.

Cela revient à considérer le cerveau de deux manières différentes. Pour les matérialistes il est le siège de la pensée et de la mémoire, pour les autres il ne serait qu’un relai. Dans ce cas la pensée et la mémoire seraient stockées ailleurs dans un continuum spatio-temporel particulier. Cela revient à dire que notre mémoire est immense et indestructible… même si nous la perdons par accident ou maladie, même si notre corps est devenu poussière… En réalité nous ne perdons que des pièces du relais nous connectant à l’immatériel.

C’est un sujet d’actualité, cette recherche de la localisation de nos souvenirs, et diverses expériences furent réalisées soit dans les laboratoires soit sur des patients ayant des troubles cérébraux.

Un fait devient de plus en plus évident au fur et à mesure que les recherches neurophysiologiques progressent, nous ne pouvons être comparés à un ordinateur avec des disques durs matériels sur lesquels la mémoire est stockée. Il existe des sortes de circuits wifi, sans câblages nerveux qui nous relient à un lieu de stockage immatériel. Arrivé à ce stade nous flirtons avec un réalisme fantastique sans perdre pour cela les pédales.

Personnellement je suis persuadé que des organes, tel le cœur, sont reliés à des sortes de circuits « bio-wifi ». J’ai déjà signalé la remarque du professeur Assenmacher qui disait, à l’occasion de ses cours auxquels j’assistais béat, qu’il existait des relais nerveux non matériel du muscle cardiaque. Il donnait comme exemple l’action volontaire des yogis sur la fréquence cardiaque.

Je ne vais pas m’appesantir sur les différents aspects des recherches scientifiques. J’irai donc droit au but.

Je vais donc parler de l’hydrocéphalie. Dans cette maladie, une grande partie du cerveau est remplacée par du liquide (liquide céphalo-rachidien) Certains sont des handicapés profonds mais d’autres sont normaux. Quelques-uns ont même un QI supérieur à la moyenne. Le neurologue britannique John Lorber signale le cas d’un jeune homme au QI de 126, diplômé en mathématique de l’université de Sheffield qui n’avait pratiquement pas de cerveau. La surface interne de son crane était recouverte d’une fine couche de cellule cérébrale d’environ un millimètre d’épaisseur, et tout le reste était rempli de liquide[1].

Dans ce cas nous voyons que toute tentative pour trouver des câblages nerveux est inutile. La mémoire et la pensée sont ailleurs…

Si je raconte cela c’est essentiellement pour montrer que nous sommes susceptibles de nous connecter à notre mémoire indestructible dans son immatérialité.

Chez un être à cerveau normal cette capacité est essentiellement rassemblée dans notre encéphale cérébral droit, celui qui est capable de trouver le résultat d’un problème sans passer par un raisonnement logique car la « réflexion » se fait ailleurs dans un milieu immatériel ou les données ne peuvent qu’être immenses…

Et pour se rattacher à cette dimension une seule solution existe : le silence. Le cerveau vide peut alors communiquer avec sa véritable grandeur. Tel est le but essentiel de toute « initiation » qui se trouve aux antipodes des bavardages lénifiants des spiritualistes bidon qui spéculent jusqu’à court-circuiter les neurones.

Avec toute mon amitié.